A lire

Nouveaux modèles économiques dans la Culture : retour sur la conférence Culture Business Paris

Par le 8 février 2016

culture business paris

Jeudi 4 et vendredi 5 février a eu lieu à Paris la 5ème édition de la conférence Culture Business, point de rencontre des professionnels de la culture, des marques et des média. La conférence s’attachait à explorer les modalités et les avantages d’une collaboration entre le secteur culturel et le secteur marchand, au moyen de nombreux cas pratiques. Mécénat, financement participatif, collaboration pour la création de produits dérivés… Les exemples se sont succédé sur scène pour illustrer comment marques et institutions culturelles peuvent s’associer pour leur bénéfice mutuel.

Cultureveille était partenaire de la conférence, qui s’est déroulée au CELSA ; nous avons donc eu le plaisir d’assister aux débats (que vous avez pu suivre sur Twitter grâce au hashtag #CBParis). Retour sur les temps forts de l’événement.

Des participants prestigieux pour Culture Business Paris 2016

150 professionnels étaient présents pour les deux jours de conférence, animés par près de 30 intervenants.

Notons un grand nombre de participants (audience et animateurs confondus) issus des grands musées français : le Louvre, le Centre Pompidou, le musée d’Orsay, le musée du Quai Branly, le musée des Beaux-Arts de Lyon… Les musées internationaux étaient également représentés avec la Royal Academy of Arts (Royaume-Uni) ou les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, le Deutsches Historisches Museum (Allemagne) ou encore le MUDAM (Luxembourg). Pour les Arts Vivants, le English National Ballet, l’Opéra de Paris, la Philharmonie, ou le CentQuatre étaient présents parmi d’autres.

Côté business, les entreprises (Gaumont, Disney, Thalys ou Cultival) côtoyaient des startups telles que Dartagnans, Noun ou Danse en Seine. Les agences d’accompagnement des acteurs culturels étaient bien représentées, avec notamment Agenda (organisateur de l’événement), Dream On, Base, the Art Marketing Company ou l’Oeil du Public ; n’oublions pas également les opérateurs du financement participatif (un sujet évoqué en détail lors de la conférence) avec Ulule ou MicroDON (connu notamment grâve à son service l’Arrondi).

Enfin, la couverture média était assurée par Connaissance des Arts, Les Echos, le Journal des Arts, Cultureveille, CultureCom ou encore Exponaute.

De nombreuses études de cas pour faciliter la mise en œuvre par les professionnels

Culture Business CBParis 2016 - 04feb2016 - Royal Academy of Arts et Ai Weiwei

Question programmation, nous avons particulièrement apprécié le format des interventions, qui mettaient à l’honneur des duos entreprise / acteur culturel autour d’un cas pratique couronné de succès. L’aspect concret des cas – dont certains font aujourd’hui école, comme celui de la Royal Academy qui a orchestré une campagne via Kickstarter pour financer une partie de l’installation liée à l’expostion d’Ai Weiwei – facilitait l’appropriation des enseignements pour l’audience.

L’attention était également attirée sur les bonnes pratiques d’une collaboration entre culture et business (les « à faire / à ne pas faire » d’une campagne de levée de fonds par exemple). Les ateliers, en groupe réduit, ont été l’occasion d’interactions et de séances de « brainstorming » entre intervenants et participants.

Entreprise et culture : des modalités de collaboration variées et créatives

Plusieurs « niveaux » de collaboration ont été explorés lors de la conférence. Si tous les exemples avaient comme finalité de rechercher des sources additionnelles de financement pour les acteurs culturels, les modalités différaient : tantôt l’entreprise est pensée comme un donateur désintéressé, tantôt comme un partenaire, et tantôt comme un prestataire de service (dans le cas notamment des plateformes de financement participatif en ligne). Parmi les opportunités de coopération, on retient notamment :

  • la campagne de communication concertée et commune
  • le mécénat classique
  • le financement participatif (qui s’apparente à un mécénat classique en ce qu’il est désintéressé pour les donateurs mais fait appel à un public plus large que ce dernier)
  • le partenariat commercial (où les deux parties ont un intérêt direct à la coopération)
  • le développement de produits dérivés culturels

Au final, ce qu’on retient de la conférence, ce sont des rencontres et des interactions ouvertes et riches ; un grand nombre d’idées qui sont autant d’inspirations pour repenser la relation entre acteurs de la culture et entreprises ; et une vraie qualité du dialogue, loin des idées reçues et des préjugés qui teintent parfois les dialogues autour de la culture et de ses complexes relations au secteur marchand.

Prochainement sur Cultureveille, une série d’articles sur les différents points de bonnes pratiques économiques abordés dans la conférence…

Culture Business CBParis 2016 - 04feb2016 - No Tabou

Camille Alcover

a propos de Camille Alcover

Comment concilier exigence artistique et envie de rendre l'art accessible ? Amatrice d'art, c'est surtout avec ses yeux de spécialiste de la stratégie, du marketing et des marques que Camille promène son regard impertinent sur le monde de la Culture, pour trouver des solutions à ces questions très actuelles. camille@cultureveille.fr

3 Comments

  1. Frédéric

    9 février 2016 at 09:46

    Bonjour bel article !

    Le sujet de la culture comme axe de développement RSE des entreprises a t’il été évoqué ?

    Bonne continuation,

    Frédéric

  2. Camille Alcover

    Camille Alcover

    9 février 2016 at 15:06

    Bonjour, merci de votre commentaire ! Vous avez raison, la culture comme axe de développement RSE est un point à ne pas négliger. Il n’a cependant pas été évoqué lors de la conférence, qui s’est focalisée sur d’autres aspects.

  3. Jeanne

    19 avril 2016 at 11:46

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant. Est-il possible de retrouver toutes les informations avec les cas pratiques détaillés, et les conclusions qui en ont été tirées ?
    Cela m’intéresserait beaucoup !
    Je vous remercie,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *