A lire

72h pour changer de regard sur les orchestres

Publié par le 28 novembre 2018

La semaine dernière, du jeudi 22 au dimanche 25 novembre 2018, avait lieu la 10ème édition d’Orchestres en Fête. Organisé depuis 2018 par l’Association Française des Orchestres (AFO), l’événement vise à faire découvrir la musique orchestrale au grand public et à dépoussiérer l’image du genre. Ce sont donc quelques 22 orchestres prestigieux qui ont donné des concerts gratuits sur tout le territoire – et notamment à la Philharmonie de Paris – et participé à des actions de médiation. La manifestation s’était également dotée d’une WebTV (l’Orchestraton) que l’équipe de Cultureveille a animée avec eux. Retour sur 72h de rencontres inattendues.

Novembre 2018, dixième édition d'Orchestres en Fete

Casser les codes du concert symphonique ?

Quand on parle de concert de musique dite « classique », on se représente généralement une scène solennelle où musiciennes et musiciens interprètent sérieusement leur partition sous l’œil sévère du chef d’orchestre. Pour cette édition 2018 d’Orchestre en Fête, l’AFO a décidé de bousculer un peu les idées reçues en donnant à voir l’envers du décor. Les formats vidéo tournés à l’occasion de l’Orchestraton s’emploient donc à casser les codes, avec la complicité des équipes des orchestres et de la musicologue Camille Villanove. Au-delà des sobres costumes de scène, on découvre alors le travail – d’habitude invisible – des régisseurs, un chef d’orchestre exalté et des solistes hilares.

Alexandre Bloch, chef d’orchestre de l’Orchestre National de Lille, n’en est pas à son coup d’essai lorsqu’il s’agit de bousculer l’image austère de la musique classique. Il est ici interviewé sur un ton format humoristique par Camille Villanove, en « duplex » avec Marie Tretiakow (Cultureveille)

C’est dans la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris que l’Orchestre National d’Ile de France (ONDIF) donne le concert de clôture de l’événement. L’entracte est pour les spectateurs de la WebTV l’opportunité de découvrir le travail des régisseurs, qui oeuvrent dans l’ombre pour que les concerts se déroulent sans anicroche. Stéphane Darmon, délégué général du personnel artistique et Jean Tabourel, régisseur technique, ONDIF

Clarisse Dalles et Victoire Bunel, chanteuses solistes de l’Orchestre de chambre de Nouvelle-Aquitaine, se prêtent au jeu des questions-réponses… Avec bonne humeur et sans langue de bois.

La musique orchestrale racontée aux enfants

Une autre grande ambition d’Orchestres en Fête est d’ouvrir la musique symphonique et la musique de chambre à de nouveaux publics. Et pour renouveler un public souvent décrit comme vieillissant, quoi de mieux que d’aller chercher les plus jeunes ? Le concert du dimanche 25 novembre au matin a ainsi pris une forme inédite. Autour d’une œuvre de Debussy, « la Boîte à Joujoux », l’Orchestre de l’Opera de Rouen Normandie avait convié l’auteur-compositeur (et jury de l’émission Nouvelle Star) André Manoukian ainsi que le dessinateur Guillaume Carreau et le manipulateur Yohann Olivier. Le premier, en alternance avec la musique interprétée par l’orchestre, a récité des textes spécialement pensés pour le jeune public. Les deux derniers ont co-réalisé un film d’animation en live, directement inspiré de la musique. La création scénique ainsi mise en œuvre a su capter l’attention d’un public familial grâce à son mélange de musique, de récit et d’image.

Au cours du weekend, les jeunes publics ont également pu assister à des ateliers dédiés. Alliant musique et danse, ceux-ci ont permis aux enfants dès 6 ans de découvrir la musique sous ses aspects les plus ludiques.

Emmanuel Meliz (musicien médiateur) ; Hugues Talpaert (musicien) et Caroline Philippe (responsable des actions éducatives) de l’Orchestre National de Metz, interviewés par Camille Alcover (Cultureveille) présentent l’atelier jeune public Les Grandes Oreilles

Les impressions de Pierre et Nora, participants à l’atelier Grandes Oreilles

Ouvrir les orchestres à plus de diversité

On pointe beaucoup du doigt ces derniers temps les inégalités entre hommes et femmes dans la musique : nous avons d’ailleurs consacré une série d’interviews au sujet. La musique classique ne fait pas exception à la règle. L’AFO a mené une enquête sur la place des femmes dans la musique classique, dont les résultats ont été présentés lors d’une table ronde le 24 novembre. Des progrès restent à faire. Aussi, pour permettre aux femmes d’accéder à une reconnaissance qui leur est trop souvent refusée, Orchestres en Fête et la Philharmonie ont organisé un Tremplin des jeunes Cheffes d’Orchestre.

Laurent Bayle, président de la Philharmonie de Paris, introduit le Tremplin des jeunes Cheffes d’Orchestre dans la grande salle Pierre Boulez

Les jeunes interprètes étaient également à l’honneur. L’Orchestre Français des Jeunes, qui souhaite promouvoir l’insertion professionnelle des jeunes musiciens, a ainsi proposé plusieurs « concerts impromptus » au cœur des espaces.

Filip Orkisz, Juliette Blum et Florestan Mosser, membres de l’Orchestre Français des Jeunes, interrogés par Camille Alcover

Au termes de 72h de concerts, d’ateliers, de rencontres et de tables rondes, on ressort de cette nouvelle édition d’Orchestres en Fête avec une image neuve de la musique orchestrale. Plus jeune, plus accessible, plus animée… De quoi faire disparaître définitivement son image élitiste aux yeux des français ?

Retrouvez l’ensemble des vidéos de l’orchestrathon sur orchestresenfete.com

Camille Alcover

A propos de Camille Alcover

Comment concilier exigence artistique et envie de rendre l'art accessible ? Amatrice d'art, c'est surtout avec ses yeux de spécialiste de la stratégie, du marketing et des marques que Camille promène son regard impertinent sur le monde de la Culture, pour trouver des solutions à ces questions très actuelles. camille@cultureveille.fr

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *