A lire

« Bâtir sur les fondamentaux » : les orientations du Centre Pompidou à la veille de son 40ème anniversaire

Publié par le 16 septembre 2016

Le 15 septembre 2016, à l’occasion des 40 ans du Centre Pompidou, Serge Lasvignes – son président depuis 1 an – a annoncé les projets qui formeront les piliers de son action pour les années à venir : un programme mesuré qui vise d’abord à renforcer les fondamentaux du Centre, dans un contexte financier délicat.

Centre Pompidou Musée d'Art Moderne - annonce du président Serge Lasvignes en conférence de presse à l'occasion des 40 ans du Centre

Bâtir sur les fondamentaux

Pas de grand chambardement au Centre : Serge Lasvignes veut avant tout capitaliser sur les fondamentaux qui ont fait la réputation du Centre Pompidou. La mission du musée, il la conçoit d’abord dans la lignée de ses actions précédentes : renforcer le rapport au public, démocratiser l’accès à l’art contemporain (qui est selon lui encore perçu comme « le plus élitiste » et le plus profondément marqué par « l’entre-soi » de toute la sphère culturelle), garder sa présentation des œuvres particulière…

Interrogé par une journaliste de l’assistance sur sa réaction face aux grands chantiers entrepris par la Tate Modern au Royaume-Uni – qui, en même temps qu’une importante extension, a développé un ambitieux programme numérique d’enrichissement de l’expérience utilisateur – le président du musée national d’art contemporain s’est déclaré « impressionné » tout en se montrant dubitatif sur la capacité du Centre Pompidou à suivre cet exemple.

Faut-il y voir l’effet d’une situation financière fragile (telle que rapportée dans le bilan d’activité 2016), qui avait orienté la gestion de l’établissement vers plus de rigueur et de contrôle des dépenses ? Impact des rénovations, de subventions en diminution et de la baisse des fréquentations suite aux attentats de 2015, le grand musée de l’Art Contemporain français devrait en tous cas, pour les exercices à venir, s’en tenir à un programme de contrôle strict de ses dépenses. Ce qui cadre assez bien avec la réputation de gestionnaire « carré » que Serge Lasvignes a acquis pendant ses 10 ans au secrétariat général du gouvernement.

Centre Pompidou - la Conférence de Presse pour les 40 ans du Musée d'Art Moderne de Paris

En conséquence, la direction du musée présente ses expositions autour de grandes têtes d’affiche, telles que Klee, Dali ou Magritte comme un moyen de solidifier sa fréquentation à moindres risques. Tout en affirmant sa volonté de faire redécouvrir les grands noms de l’art contemporain, et de revisiter leur œuvre artistique, elle admet également que ces grandes rétrospectives sont des initiatives rentables qui s’inscrivent dans sa volonté de rétablir la santé financière de l’établissement. Mais elle souligne en parallèle que les nouvelles offensives que lance le musée de Beaubourg à l’occasion de son quarantième anniversaire viennent contrebalancer l’aspect plutôt consensuel de cette programmation.

5 piliers pour investir dans le futur

Le Centre Pompidou a donc annoncé les grandes directions qu’il souhaite explorer ces prochaines années.

1. Renforcer la présence du Centre Pompidou dans la vie publique

Via l’organisation d’un débat par mois (sur des thèmes tels que la violence ou la destruction des œuvres), et une forme de débat qui, selon son président, « sorte des formes de débat cristallisées et sclérosées », le Centre Pompidou entend revendiquer sa place dans l’actualité de la pensée.

2. Consolider les passerelles entre les arts et les sciences

Centre de Création Industrielle au Centre Pompidou

En rapprochant le Centre de Création Industrielle de l’IRCAM, le musée souhaite donner un nouveau souffle au dialogue Art / Science. En 2017 sera organisée une première manifestation en coproduction entre les deux entités, sur le thème du numérique ; elle sera suivie, en 2018, par une nouvelle édition qui se concentrera sur l’Intelligence Artificielle. D’autres initiatives sont également en projet, telles que l’ouverture d’un FabLab (la Fabrique) dédié aux enfants dans l’enceinte du Centre, dont l’inauguration aura lieu ce samedi 17 septembre.

3. Développer l’Ecole du Centre Pompidou

Autre cheval de bataille : rendre l’art contemporain plus accessible, pour les publics jeunes notamment. Le Centre souhaite s’éloigner de l’histoire de l’art pour utiliser les actes de la vie quotidienne comme clef d’entrée dans les œuvres exposées. Jouer, détruire, cacher : autant de pistes de lecture qui seront donc mises en avant pour intéresser les publics non-initiés à l’art contemporain. Un MOOC, accessible aux adolescents dès la classe de 1ère, sera développé sur cette base.

4. Lancer la Galerie 0 (Zéro) pour mettre en avant les artistes français émergents

Les deux derniers piliers de cette liste se veulent une réponse à ceux qui trouveraient la programmation de rétrospectives sur les mastodontes de l’art contemporain un peu conservatrice. Ainsi, le lancement de la Galerie 0 en juin dernier, « espace résolument prospectif et tourné vers l’émergence » entend démontrer que le Musée d’Art Moderne n’est pas le lieu de l’art « garanti », en inscrivant dans la continuité du parcours de visite un endroit dédié aux nouveaux artistes contemporains.

5. S’ouvrir au monde et aux nouvelles tendances de l’art contemporain

Enfin, le Centre affirme sa volonté de rester à la pointe des tendances. Connaître les scènes artistiques du monde entier, découvrir artistes, œuvres et nouveaux mouvements artistiques : en investissant de nouveaux lieux (Malaga en 2015), en développant des coproductions avec des musées étrangers (comme celle avec la National Gallery Singapore cette année) ou en lançant la biennale Cosmopolis qui invitera un collectif d’artistes étrangers à venir exposer à Paris, Serge Lasvignes aspire à inscrire son établissement dans une nouvelle ouverture au monde.

Outre ces axes prioritaires de développement, le Centre Pompidou annonce un partenariat avec France Télévision et un autre avec Radio France. Un programme de célébrations – que vous pouvez retrouver sur le site Internet dédié – pour le quarantième anniversaire du Centre Pompidou est également prévu. Celles-ci se tiendront, non pas à Paris même, mais de façon décentralisée, partout sur le territoire. De Marseille à Brest en passant par Libourne ou Saint-Yrieix-la-Perche, les musées des 40 villes partenaires organiseront expositions, concerts et performances. L’occasion pour le musée de faire rayonner son engagement dans l’art contemporain sans gréver trop durement son budget ?

Camille Alcover

A propos de Camille Alcover

Comment concilier exigence artistique et envie de rendre l’art accessible ? Amatrice d’art, c’est surtout avec ses yeux de spécialiste de la stratégie, du marketing et des marques que Camille promène son regard impertinent sur le monde de la Culture, pour trouver des solutions à ces questions très actuelles. camille@cultureveille.fr

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer