A lire

Des Olympiades Culturelles pour Paris 2024 ?

Publié par le 23 septembre 2016

Paris est candidate à l’organisation des Jeux Olympiques de 2024. Après le retrait d’Hamburg et de Boston l’an dernier, suivis cette semaine dernière par le renoncement de la maire de Rome (qui juge les jeux dispendieux et les qualifie de « cauchemardesques » pour les habitants), la capitale française se retrouve donc en lice face à Los Angeles et Budapest. Et propose de se doter d’un programme d’ « Olympiades Culturelles » responsable et inclusif.

Candidature Jeux Olympiques de Paris 2024 : concertation avec Anne Hidalgo pour l'organisation des Olympiades Culturelles

Jeux Olympiques de Paris : attention aux écueils

Pour l’emporter face à ses concurrents après l’échec de 2012, et recueillir les suffrages du comité organisateur des jeux, Paris doit donc proposer un programme olympique qui rassure le CIO (Comité International Olympique) en répondant aux objections régulièrement soulevées à propos des Jeux Olympiques. En effet, nombre d’observateurs les jugent coûteux (les budgets sont constamment dépassés et les retombées positives sont souvent surévaluées), générateurs de pollution et de gaspillage (les jeux de Sotchi ont été particulièrement critiqués à cet endroit), et parfois synonymes d’exclusion plus que de rapprochement

Afin de lutter contre les reproches régulièrement formulés à l’encontre de ses manifestations – ainsi que pour se distinguer de la FIFA, qui a soulevé de vives controverses lors de l’attribution des Coupes du Monde 2018 et 2022 – le CIO s’est doté de critères renforcés en matière de durabilité des équipements, de maîtrise des coûts, et d’inclusion des populations locales. C’est notamment pour remplir ce dernier objectif que le comité de candidature de Paris 2024 a souhaité apporter une attention particulière aux Olympiades Culturelles.

Les Olympiades Culturelles, une tradition plus ancienne qu’il n’y paraît

Voulue dès la création des jeux Olympiques modernes, l’idée d’associer Sport et Art aux Jeux Olympiques n’est pas aussi nouvelle qu’on pourrait le croire. En 1894, Pierre de Coubertin souhaitait déjà combiner les deux domaines, et c’est en 1912 que des compétitions artistiques seront introduites aux Jeux Olympiques pour la première fois. On voit ainsi la sculpture, la musique ou la peinture s’élever au rang de disciplines olympiques. Mais, face à la polémique engendrée par la professionnalisation croissante des artistes présentant leurs œuvres (Fernand Léger, Paul Claudel ou Maurice Ravel ont ainsi concouru en 1924, quand les participants aux JO étaient censés être amateurs), les disciplines artistiques sont abandonnées au milieu du siècle dernier.

Ouverture des JO d’Albertville en 1992 sur une chorégraphie de Philippe Découflé

Ouverture des JO d’Albertville en 1992 sur une chorégraphie de Philippe Découflé

L’ambition culturelle des Jeux Olympiques reste néanmoins présente. « Organiser des manifestations culturelles qui sont l’un des éléments essentiels de la célébration des Jeux Olympiques » est l’un des rôles-clés du comité d’organisation des JO. Aussi assiste-t-on aujourd’hui à un véritable investissement des pays organisateurs dans le domaine culturel, pour faire rayonner la culture dans leur pays. On pense spontanément au « festival » qui accompagne les jeux eux-mêmes,  avec son emblématique et soigneusement chorégraphiée cérémonie d’ouverture : à Albertville en 1992 c’est Philippe Découflé qui s’était penché sur la chorégraphie, suivi en 2004 à Athènes de Dimitris Papaioannou, du réalisateur Zhang Yimou à Pékin en 2008

Mais les « Olympiades Culturelles » s’ouvrent en réalité 4 ans avant les jeux et s’adressent aux populations locales avant tout. Londres a ainsi développé un impressionnant programme qui a mis en avant 400,000 artistes et interprètes lors de 180,000 manifestations sur toute la période qui a précédé l’ouverture des Jeux Olympiques. L’ambition de ces manifestations est de faire vibrer le pays tout entier pendant plusieurs années au rythme des valeurs du sport et de la force des arts.

Olympiades Culturelles pour Paris 2024 : de la concertation avant tout

Pour la candidature de Paris 2024, le Comité organisateur a souhaité se prémunir de toute critique en lançant une série de concertations ouvertes, dont plusieurs portaient sur le sujet des Olympiades Culturelles. Ainsi, le 22 septembre, au nouveau théâtre de Montreuil, avait lieu une concertation des acteurs culturels français, sous forme d’un atelier organisé autour de 3 thèmes : « Quelle Olympiade Culturelle ? », « Quel Festival Olympique ? » et « Quel Imaginaire Olympique ? ».

Vidéo de présentation de la Concertation #Génération 2024

Sur le sujet de l’Olympiade par exemple, les participants étaient invités à proposer des idées originales pour une Olympiade ouverte, responsable, inclusive et symbolique. L’audience répartie en une quinzaine d’équipes était donc invitée à plancher sur le sujet pendant une heure, avant une restitution finale en présence notamment de la maire de Paris Anne Hidalgo et de son adjoint à la culture Bruno Julliard, du maire de Montreuil Patrice Bessac et du président du comité olympique (et ancien champion de badmigton) Etienne Thobois.

Candidature Jeux Olympiques de Paris 2024 : concertation atelier pour l'organisation des Olympiades Culturelles

Parmi les propositions qui ont émergé, citons-en quelques une :

  • Mettre les nouvelles technologies de l’audiovisuel au service des populations, en proposant par exemple des lieux hors des stades où les spectateurs pourraient vivre les épreuves « comme s’ils étaient à côté des athlètes » grâce à des casques de réalité virtuelle
  • Placer les Jeux Olympiques sous le signe des Cinq Sens (comme les Cinq Anneaux Olympiques), où les touristes pourraient découvrir la culture française en marge des JO via le goût (des compétitions gastronomiques seraient organisées), l’ouïe (la musique) ou encore la vue (avec les arts visuels)
  • Faire rayonner les cultures du monde entier en organisant dans les villes partenaires des JO (dans le cadre de Paris 2024, la capitale ne serait en effet pas la seule ville accueillant des épreuves en France) des festivals dédiés à chacun des cinq continents
  • Mettre à l’honneur l’esprit rebelle et frondeur des français en proposant aux populations de défier les règles du jeu en organisant par exemple en amont des JO des tournois de foot à 3 équipes
  • Impliquer les élèves de collège en leur proposant – sous le parrainage commun d’un artiste et d’un sportif – de travailler sur des émotions à conjointes au sport et à l’art(l’exaltation, la souffrance…) ; leur travaux donnant lieu à des restitutions, des sélections, et, in fine (pour les meilleures œuvres), à une exposition dans des lieux emblématiques lors des JO

D’autres concertations sont encore à venir ; chacun est d’ailleurs invité à contribuer via le site de Paris 2024. Dans les semaines qui viennent, leurs conclusions seront synthétisées et proposées au comité de sélection olympique, qui rendra son verdict quant à la ville organisatrice en septembre 2017. En attendant que jugement soit rendu, souhaitons que ces concertations aident à inspirer une candidature qui esquive la folie des grandeurs tant décriée des éditions précédentes.

Camille Alcover

A propos de Camille Alcover

Comment concilier exigence artistique et envie de rendre l'art accessible ? Amatrice d'art, c'est surtout avec ses yeux de spécialiste de la stratégie, du marketing et des marques que Camille promène son regard impertinent sur le monde de la Culture, pour trouver des solutions à ces questions très actuelles. camille@cultureveille.fr

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *