A lire

Forum d’Avignon à Bordeaux : de la politique, des caricatures et des « clash »

Publié par le 3 avril 2016

Vous n’avez pas assisté aux débats ? Vous vous demandez quel est l’objet du Forum d’Avignon ? Cultureveille vous offre l’essentiel des débats en images.

Le Grand Théâtre de Bordeaux - Forum d'Avignon - 31mars2016 - Photographie C. Alcover

Le cadre du Forum : le Grand Théâtre de Bordeaux

Des rencontres internationales croquées en direct par les caricaturistes de Cartooning for Peace

Les rencontres internationales du Forum d’Avignon (qui, comme son nom ne l’indique pas, avait lieu cette année à Bordeaux) sont l’occasion d’un grand rassemblement entre acteurs de la culture et du monde politique. Sujets de politique culturelle, mutations amenées par le numérique, retour sur une année mouvementée pour la Culture partout dans le monde : le Forum a l’ambition de nourrir la réflexion autour des enjeux actuels de la culture et d’influencer les politiques culturelles à venir. Il insistera cette année en particulier sur l’opportunité d’une « Europe de la Culture ».

Des conférences de 45 à 90 minutes portent sur scène artistes, entrepreneurs de la culture et grands groupes de l’édition ou de l’audiovisuel, qui côtoient les personnalités politiques de France, d’Europe, et au-delà – 30 nationalités au total sont représentées sur scène ou dans l’audience. L’ensemble des débats est couvert par la plume sans complaisance des caricaturistes de Cartooning for Peace (Plantu, Urbs, Willis from Tunis…)

Plantu et Cartooning for Peace au Forum Avignon a Bordeaux - 31 mars 2016 - Camille Alcover

Plantu et les caricaturistes de Cartooning for Peace au FAbdx

Ouverture du Forum par un discours d’Alain Juppé en forme de promesse électorale

Ouverture du Forum Avignon à Bordeaux par Alain Juppé - 31mar2016 - Camille Alcover

Alain Juppé, maire de Bordeaux, lors de son allocution inaugurale du Forum d’Avignon à Bordeaux en 2016

Jeudi 31 mars à 16h30, ouverture de la session par le président du Forum, Hervé Digne, qui cède rapidement la place à Alain Juppé, maire de Bordeaux, qui accueille cette année le Forum d’Avignon. Le candidat à la primaire des Républicains nous délivre un discours en 3 points qui sonne (étrangement ?) comme un programme électoral pour la culture. Au menu donc, « transmission et partage », avec un long volet dédié à l’éducation et aux opportunités de diffusion liées au numérique. Suit la « création », avec son triple enjeu de « défendre, soutenir et libérer » la culture. Enfin, dernier point, le « rayonnement », qui passe par la promotion de la culture française à l’étranger, mais également par la promesse d’une « Europe de la Culture », unie autour d’un projet commun, pour une meilleure circulation des arts et des industries culturelles à l’intérieur et au-delà des frontière de l’Union. Un régal pour les caricaturistes que le discours aura visiblement inspirés.

Sandrine Treiner, directrice de France Culture, prend la suite d’Alain Juppé pour animer la séance « Mobiliser pour Agir » et inviter Ouided Bouchamaoui, prix Nobel de la Paix, à s’exprimer. Elle évoque la Culture comme un outil commun de mobilisation contre la terreur et l’obscurantisme. Lui succèderont Tareq Oubrou, Grand Immam de Bordeaux, porteur d’un message d’ouverture et d’humanisme, puis plusieurs artistes – Amos Gitaï, Yael Naim, David Donatien et Michel Onfray, qui sera croqué avec un certain cynisme par les caricaturistes présents.

Les débats suivants portent sur le « Sursaut Européen » et sont l’occasion de regards croisés entre personnalités politiques européennes, et justifient le surnom de « Davos de la culture » du Forum d’Avignon. Le ministre de la culture du Danemark, Bertel Haarder et son homologue lettone, Dace Melbãrde ; la secrétaire d’Etat à la culture du Portugal Isabel Botelho Leal ; le ministre des affaires étrangères hongrois Istvàn Ìjgyàrtò ; le conseiller culturel de l’Emir du Qatar Dr Hamid Bin Abdulaziz Al-Kawari ; et enfin Renaud Donnedieu de Vabres, ancien ministre de la culture français sont ainsi invités à s’exprimer.

La journée se clôt par la remise du prix de la Startup Culturelle de l’année. Si vous avez suivi la sélection, vous connaissez les candidats et savez que le prix remis par les jury trouvait son pendant dans un prix décerné par le public. C’est donc Jamshake, startup parrainée par Matthieu Chedid, qui a obtenu les faveurs du jury pour sa plateforme permettant de mettre rassembler des musiciens du monde entier autour d’outils de co-création accessibles sur Internet. Delight, avec sa solution en ligne pour aider les professionnels du spectacle vivant à trouver la bonne audience pour leurs œuvres et à communiquer de façon ciblée avec celle-ci, s’est vu remettre le prix du public.

Vendredi, deuxième journée du Forum d’Avignon : place aux controverses

Tonjé Bakang, Stéphane Richard, Manuelle Gautrand et Isabelle Giordano - Forum d'Avignon à Bordeaux - 01avr2016 - photographie C. Alcover

Tonjé Bakang (Afrostream), Stéphane Richard (PDG d’Orange), Manuelle Gautrand (architecte) et Isabelle Giordano (journaliste) au Forum d’Avignon 2016 sur le thème « les créateurs sont-ils des entrepreneurs comme les autres ? »

De retour au Grand Théâtre pour la deuxième journée des rencontres internationales du Forum d’Avignon à Bordeaux, la première séance du matin pose la question : « les créateurs sont-ils des entrepreneurs comme les autres ? » Oui pour certains, certainement pas pour d’autres. Parmi les intervenants, Michel Kacenelenbogen (comédien et directeur du théâtre bruxellois Le Public) assume le fossé entre les deux en précisant qu’un entrepreneur « cherche avant tout à répondre à une attente par un produit ; tandis que les artistes, surtout s’ils sont sincères, suivent un processus inverse ». Il dépasse néanmoins le clivage en rappelant que « ce qui est beau ou juste peut également être rentable » et invite les artistes à ne pas considérer avec une méfiance excessive les démarches marchandes. Françoise Benhamou, professeur et membre du Cercle des Economistes, souligne que la double casquette de « créateur entrepreneur » est un modèle pionnier, qui affirme son caractère précurseur par son innovation permanente, son fonctionnement par projet, et l’hybridation de son modèle entre indépendance et salariat.

Le débat qui suit s’ouvre par la présentation d’Ernst & Young (cabinet d’études et de conseil) sur deux études portant sur la fiscalité culturelle et le droit d’auteur en Europe (études réalisées expressément pour le Forum d’Avignon). Les consultants proposent une série de mesures visant à harmoniser le droit européen en matière de fiscalité (harmonisation de la TVA à taux réduit spécifique aux produits culturels par exemple), mais aussi à alléger la gestion du droit d’auteur, qui peine à être appliqué à une époque où les contenus sont largement diffusés et partagés en ligne.

Viviane Reding et les associés du cabinet EY 2 - Forum d'Avignon à Bordeaux - 01avr2016 - photographie C. Alcover

Les associés du cabinet Ernst & Young et Viviane Reding (membre du parlement européen) interviennent au Forum d’Avignon à Bordeaux sur le thème « promouvoir la filière culturelle et créative »

Ces propositions ne sont pas du goût de tous. Sous l’œil sévère de Pierre Lescure, ces mesures seront retoquées sans concession par Viviane Reding, membre du parlement européen, qui remercie EY pour un « fouillis de proposition » et poursuit « l’Europe n’a pas besoin de « mesurettes » ; elle a besoin d’un projet ». Et de souligner que tant que la culture sera l’apanage exclusif des Etats, il sera impossible à l’Europe de correctement la défendre et la promouvoir ; pour preuve, le soutien de l’Europe à la filière cinématographique (1 milliard d’Euros par an) n’a pu s’opérer qu’au prix de l’extraction du cinéma du domaine de la culture pure pour l’insérer dans le cadre des industries culturelles. Bernd Fesel, principal conseiller du centre européen pour la Creative Economy, renchérit en illustrant le propos d’un chiffre : les vaches européennes seraient « 900 ou 1000 fois plus subventionnées que les artistes ».

Parole à l’Europe pour le mot de la fin

La session de clôture est l’occasion d’entendre Günther Oettinger, commissaire européen à l’économie et à la société numérique, qui délivre une allocution (en anglais) sur la nécessité d’un investissement de l’union dans la culture et d’une harmonisation des politiques entre les pays membre... Dont la longueur ne sera pas du goût de tous.

Puis Didier Reyders, vice-premier ministre belge, prend la parole après une minute de silence, et démontre par sa seule présence en ces temps difficiles pour son pays à quel point la Belgique prend au sérieux son affirmation de la culture comme l’un des principaux moyens de lutte contre le terrorisme.

Et c’est finalement à Plantu, salué avec ses collègues caricaturistes par Alain Juppé comme un des « Fantassins de la Démocratie », que revient le dernier mot de cette édition 2016 du Forum d’Avignon à Bordeaux. Avec humour et modestie, il en profite pour offrir ses caricatures aux personnalités qu’elles représentent. Nul doute que Günther Oettinger ou l’artiste ORLAN feront encadrer les leurs.

Didier Reynders - Forum d'Avignon à Bordeaux - 01avr2016 - photographie C. Alcover

Didier Reyders, vice-premier ministre de la Belgique, sur la scène du Grand Théâtre de Bordeaux, lors de la session de clôture du Forum d’Avignon 2016

Camille Alcover

A propos de Camille Alcover

Comment concilier exigence artistique et envie de rendre l'art accessible ? Amatrice d'art, c'est surtout avec ses yeux de spécialiste de la stratégie, du marketing et des marques que Camille promène son regard impertinent sur le monde de la Culture, pour trouver des solutions à ces questions très actuelles. camille@cultureveille.fr

One Comment

  1. Doc Kasimir Bisou

    4 avril 2016 at 10:19

    j’ai bien fait d’être à Lyon pour parler des enjeux des contradictions culturelles et des droits culturels dans les métropoles…et madame Bokova, annoncée pour conclure le FAUXrum, qu’a -t-elle dit ??

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *