A lire

L’autoproduction, aubaine ou fardeau pour les artistes ?

Publié par le 22 mars 2016

Les créatifs de tout poil avaient beaucoup à espérer de l’ère digitale. En démocratisant à l’extrême la production et la diffusion des œuvres, Internet promettait aux aspirants artistes la possibilité d’atteindre leurs publics sans devoir se faufiler à travers les mailles du filet degatekeepers de plus en plus frileux. La disparition de l’intermédiation professionnelle dans le domaine de la culture et l’effondrement des barrières à l’entrée sur le marché de la créativité a été annoncée comme une révolution majeure : dans un article de 2015, William Deresiewicz, journaliste et auteur américain, prophétisait la mort de l’artiste et l’avènement de l’entrepreneur créatif. Pour Deresiewicz, la figure de l’artiste comme génie solitaire et reclus qui délègue aux autres la gestion prosaïque de ses affaires est une chose du passé. L’artiste aujourd’hui se double d’un entrepreneur, et, gestionnaire redoutable, il doit, pour réussir à saisir les opportunités que le XXIème siècle lui offre, prendre en charge tous les aspects de son « business » : de la création au budget.

Lire l’article sur: www.forum-avignon.org

Cultureveille

A propos de Cultureveille

Média en ligne gratuit à destination des professionnels de la culture, Cultureveille.fr permet à tous de s’informer librement et en temps réel sur le secteur culturel. Les principaux sujets traités sont les nouvelles pratiques professionnelles et les politiques culturelles. contact@cultureveille.fr

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *