A lire

Menaces sur l’Art : le bilan 2015 des attaques contre la liberté artistique

Publié par le 26 février 2016

Menaces sur l'art en 2015, bilan des attaques contre la liberté artistique dans le monde

En 2015, 469 attaques contre la liberté artistique ont été recensées dans le monde. C’est le double du chiffre de 2014, où 237 cas avaient été dénombrés. Ce triste chiffre de 469 attaques inclut 3 assassinats d’artistes, 46 emprisonnements (dont 15 nouveaux cas qui s’ajoutent aux 31 toujours emprisonnés), plus de 60 enlèvements, attaques physiques et persécutions et autant de poursuites judiciaires ou détentions provisoires ; à quoi il faut ajouter près de 300 actes de censure.

C’est l’organisation Freemuse, qui défend les droits des artistes à travers le monde, qui dresse ce triste bilan, dans un rapport publié en février 2016.

Attaques politiques et extrémisme religieux

Dans un grand nombre de pays, ce sont des motifs politiques qui motivent ces violations au droit à la liberté d’expression artistique. En Russie par exemple, la répression touche systématiquement les institutions culturelles soupçonnées d’association avec l’opposition. En Turquie, le président Erdogan semble particulièrement susceptibles aux cas d’ « insulte » contre l’autorité, et un jeune chanteur Kurde a été condamné à 10 ans de prison pour « promotion de la propagande kurde ». En Afrique sub-saharienne, on dénombre des cas d’arrestations, de torture et de meurtre (Burundi) liés à la répression politique des artistes, particulièrement lorsque leurs voix s’élèvent en défense des minorités opprimées.

Mais c’est l’extrémisme religieux qui est la principale cause des atteintes à la liberté d’expression artistique en 2015. Même si elle n’est pas comptabilisée dans le classement, l’attaque contre le Bataclan en novembre est, selon Freemuse, « le pire cas d’attaque contre la liberté d’expression artistique », avec pour effet l’annulation de nombreux concerts et manifestations artistiques. L’événement, qui a eu lieu quelques heures à peine après qu’une conférence sur la liberté d’expression artistique ait eu lieu au siège de l’UNESCO à Paris, illustre combien les déclarations seules ne suffisent pas à protéger efficacement les droits et les vies des artistes à travers le monde.

Protéger la liberté d'expression artistique

Les Talibans (en Afghanistan et au Pakistan, où l’on compte deux meurtres), Daesh (en Syrie et en Irak), les fondamentalistes dans le nord du Mali, Boko Haram au Nigeria, et différents groupes en Somalie organisent l’étouffement systématique des formes d’expression artistiques dans les pays où ils sévissent. En Inde et au Bengladesh, les attaques et les menaces contre la liberté artistique sont en constante augmentation du fait, là encore, du fondamentalisme religieux. Les artistes de sexe féminin sont particulièrement touchées par cette forme de répression.

La Chine, championne du classement

A elle seule, la Chine totalise 146 de ces violations au droit de la liberté d’expression artistique, pour une grande partie dirigées à l’encontre de la musique. 126 actes de censure ont ainsi été recensés ; en cause, la publication par les autorités, en août 2015, d’une liste de 120 chansons interdites pour cause d’ « obscénité, violence, crime ou atteinte aux mœurs ».

Bien que la Chine ait restitué son passeport à l’artiste plasticien Ai Weiwei – restitution largement médiatisée qui lui a permis d’assister à l’exposition donnée en son honneur à la Royal Academy à Londres -, les arts visuels ne sont pas pour autant épargnés dans ce désastreux inventaire. Freemuse cite notamment une exposition sur le féminisme et les violences domestiques, dont les portes étaient censées ouvrir en novembre 2015 à Beijing à l’occasion de la Journée Mondiale pour l’Elimination de la Violence contre les Femmes, et qui a été annulée sans préavis.

Plus inquiétant encore, une loi a été passée en décembre 2015 au nom de la « Sécurité Nationale ». Si on ne mesure pas encore ses effets, les observateurs s’accordent pour dire que la formulation vague et générale de cette loi l’autorisera à être appliquée à l’encontre des dissidents au sens large, et en particulier les artistes et les minorités tibétaines et ouïghoures.

L’Iran, la Russie et la Turquie suivent la Chine dans le classement.

Liberté expression artistique en Chine

Les chiffres ne rendent compte que des actes constatés, et non des actes d’autocensure que les artistes doivent s’imposer eux-mêmes dans certaines régions, par peur des actes de représailles financiers, culturels, religieux ou politiques. Notons également que la Corée du Nord, bien qu’absente du classement faute de données précises, est l’un des pays où la répression de l’expression artistique est la plus largement et systématiquement organisée.

Lisez et téléchargez librement l’intégralité du rapport (en anglais) « Art under Threat: Attacks on artistic freedom in 2015 » sur Freemuse ou bien consultez-le ci-dessous.

Camille Alcover

A propos de Camille Alcover

Comment concilier exigence artistique et envie de rendre l'art accessible ? Amatrice d'art, c'est surtout avec ses yeux de spécialiste de la stratégie, du marketing et des marques que Camille promène son regard impertinent sur le monde de la Culture, pour trouver des solutions à ces questions très actuelles. camille@cultureveille.fr

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *