A lire

Québec : Le « business » de la culture

Publié par le 26 novembre 2017

Quand les révélations sur ses comportements ont forcé Gilbert Rozon à se retirer de l’entreprise qu’il a fondée, Juste pour rire, et à annoncer qu’il vendrait ses actions dans la compagnie, l’humoriste Martin Petit a déclaré : « Pour moi, cette entreprise vaut 1 dollar, a-t-il lancé. Du moment que les humoristes décident de ne pas faire partie de cette entreprise-là, cette entreprise n’existe pas. »

Il manquait un gros morceau. Il est vrai qu’on ne peut pas faire un festival de l’humour sans humoristes, mais il n’y aurait jamais eu autant d’humoristes au Québec et tant de succès pour ceux-ci s’il n’y avait pas un écosystème pour les soutenir, des gens pour développer un réseau, créer des événements, donner un essor à cette forme de divertissement.

Cette réaction reflétait, selon Alain Dubuc, la difficulté que l’on a au Québec à reconnaître l’importance de la contribution économique en culture.

Lire la suite sur : plus.lapresse.ca

Cultureveille

A propos de Cultureveille

Média en ligne gratuit à destination des professionnels de la culture, Cultureveille.fr permet à tous de s’informer librement et en temps réel sur le secteur culturel. Les principaux sujets traités sont les nouvelles pratiques professionnelles et les politiques culturelles. contact@cultureveille.fr

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *