A lire

S’unir pour co-écrire les politiques publiques : l’exemple Région Architecture

Publié par le 27 novembre 2017

Qui dit fusion des régions dit souvent économie de moyens et baisse des subventions. Pour la culture, c’est nécessairement une mauvaise nouvelle. Pas si sûr, objectent certains ! Les acteurs de l’architecture et du BTP de la région Grand Est y voient au contraire l’opportunité unique de rassembler les acteurs d’un territoire élargi… Et de faire de leur région LA région architecture au plan européen. Ils ont décidé de peser tous ensemble dans la balance. Ce vendredi 1er décembre, ils organisent à Strasbourg les 3èmes Assises de l’Architecture, afin de faire avancer leur plan d’action commun.

Architecture Strasbourg

Un appel collectif qui marque le début d’une stratégie d’influence

Les grandes dates de Région Architecture

A l’origine de l’initiative, il y a un « appel ». Le 15 juillet 2015, les écoles d’architecture de Nancy et de Strasbourg et les Conseils de l’Ordre des Architectes des anciennes régions d’Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne décident de faire « voix commune ». Dans un manifeste publié sur le site de Région Architecture, ils affirment leur « désir » et  leur « ambition » de « jouer un rôle moteur dans la construction d’une région ambitieuse, forte et attractive sur le plan économique comme sur le plan culturel. » Ils souhaitent relancer la recherche et l’expérimentation architecturale sur le territoire, relever le défi de la transition énergétique, en bref : constituer une filière d’excellence qui devienne un exemple pour toute l’Europe.

Il faut dire que la nouvelle région a plus d’un atout dans sa manche. 20ème région européenne (sur 271) en termes de nombre d’habitants, elle profite d’une place centrale en Europe, au carrefour avec la Belgique, l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg. Riche en patrimoine et en savoir-faire, la région compte près de 2000 entreprises d’architecture, des écoles au rayonnement international, et surtout, des acteurs bien décidés à dépasser leurs rivalités historiques ou territoriales pour mettre en place une vraie politique de lobbying. L’appel est lancé, chacun – qu’il soit habitant, étudiant, artisan, élu ou architecte – est invité à le signer. 1200 personnes (dont les maires des grandes métropoles de la région) en sont signataires, et le chiffre continue de progresser.

41 propositions pour une filière architecture plus forte

Gérer une initiative de cette ampleur n’est pas anodin. Pourquoi se lancer dans un tel projet ? Dans leur livre blanc, publié en janvier 2016, les acteurs du regroupement font le constat d’une baisse de la commande publique. Et s’appuient sur celui-ci pour affirmer la nécessité d’identifier d’autres relais de croissance et d’améliorer la compétitivité de la filière.

Atouts mais aussi points d’amélioration sont alors listés. De là, 6 grands thèmes se dégagent : ils ont été explorés au cours d’ateliers lors des 1ères Assises de l’Architecture, et donneront naissance à 41 recommandations. S’appuyant sur la richesse du patrimoine régional et l’existence de centres de recherche et d’enseignement reconnus, les propositions s’axent vers un développement économique de la filière (notamment par l’accompagnement à l’exportation) et l’exploration des grands enjeux de transition sociétale. Elles affirment aussi la nécessité de créer une vraie « image de marque » de la filière afin de faciliter son identification. Enfin, elle remet l’habitant au centre de la démarche : celui-ci doit se voir offrir les moyens d’être « acteur de son cadre de vie ».

Derrière ces thèmes, des actions concrètes : la Région Architecture souhaite candidater au Programme Investissements d’Avenir (PIA), numériser les fonds documentaires pour mieux les partager, favoriser la création de programmes d’accompagnement type incubateur pour les jeunes diplômés, organiser des manifestations populaires et participatives…

Qu’est-ce que le PIA ?

Demain, l’Europe ?

Coopération européenne

L’initiative est pionnière en Europe, et elle a vocation à faire des émules. Ce vendredi 1er décembre, les 3èmes Assises se tiendront à Strasbourg (après l’édition 2015 à Nancy et l’édition 2016 à Reims). Elles seront le moment de faire le bilan des avancées des dernières années sur les 41 points listés. Elles seront également l’occasion de présenter les perspectives futures pour faire rayonner LA Région Architecture sur tout le territoire européen.

Car l’ambition est assumée d’aller peser au niveau des instances européennes. En mai 2017 ont été organisées les premières Rencontres Européennes de l’Architecture, qui mettaient à l’honneur le Portugal. L’idée de créer un label européen est évoquée. Et pourquoi ne pas profiter du programme Europe Créative pour initier un projet de coopération international ?

Le projet Région Architecture a su fédérer les acteurs de toute la filière en région Grand Est, depuis les écoles de formation jusqu’aux cabinets indépendants. Leur ambition de placer l’architecture au service de l’habitant et au centre du projet de construction de la région est pionnier en Europe. Il pourrait bien faire des émules parmi d’autres régions européennes… Mais aussi servir d’exemples dans d’autres filières culturelles françaises. Verra-t-on un jour tous les acteurs du Spectacle Vivant unir leurs forces pour faire valoir leur expertise et peser sur les décisions de l’Europe ?

Les Assises de la Région Architecture se dérouleront vendredi 1er décembre 2017 à Strasbourg.

Cultureveille est partenaire de l’événement, sera présent à Strasbourg et vous tiendra au courant des futurs développements du projet Région Architecture.

Camille Alcover

A propos de Camille Alcover

Comment concilier exigence artistique et envie de rendre l’art accessible ? Amatrice d’art, c’est surtout avec ses yeux de spécialiste de la stratégie, du marketing et des marques que Camille promène son regard impertinent sur le monde de la Culture, pour trouver des solutions à ces questions très actuelles. camille@cultureveille.fr

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *